3 livres de communication pour le prix d’un!

Comment communiquer pour convaincre? Si j’en suis arrivée à faire de cette question l’un des sujets piliers de ma vie, ce n’est pas par hasard! Bien sûr, mon passé d’enseignante et de chercheure en linguistique interactionniste me prédisposait à cet intérêt. Mais ma passion pour la communication persuasive trouve racine dans mon autre passion : celle que j’ai pour les livres. Quand les deux font la paire, c’est parti pour une rencontre explosive!

Je vous raconte.

Des livres pour une meilleure communication! Cet article participe à l’événement interblogueurs “Ces 3 livres m’ont mis KO” organisé par le blog lireetavancer. J’apprécie beaucoup ce blog, et en particulier cet article qui nous parle du livre Miracle Morning d’Hal Elrod et d’une routine que l’on peut faire le matin pour améliorer notre vie.

1. Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) : ma découverte du pouvoir du langage

communication non violente
Les mots sont des fenêtres (1999/2016)

Ce best seller de Marshall B. Rosenberg (1999) est l’un des premiers livres étiquetés “Développement personnel et Communication” que j’ai lus dans ma vie.

Communiquer ne va pas de soi…

J’avais 20 ans, fleur au fusil, sociable, tout en verbiage et papillonnements, lançant des mots à tout va sans savoir que, tels des boomerangs, ils me reviendraient un jour en pleine figure. Ce qui devait arriver arriva : j’ai pris de plein fouet le fait que ce que je pensais universel ne l’était en fait que pour moi. Incompréhensions, malentendus, conflits, explications larmoyantes et colériques furent au rendez-vous. J’apprenais que la communication, comme la charité, commence par soi-même.

A lire aussi sur ce blog:
Communication hommes-femmes, la grande illusion

En d’autres termes : avoir conscience que ce que je dis m’appartient. Que ce n’est pas une évidence pour les autres. C’est le point de départ d’une interaction réussie. Et c’est ce que démontre par A + B ce livre de Rosenberg qui lancera le mouvement dit de Communication Non Violente (CNV).

1ère partie du cours de Rosenberg sur les bases de la communication non violente

La richesse de ce livre est qu’il montre l’incroyable palette d’interprétations qui existe quand une personne prononce des mots. Par exemple, quand le mot “jamais” est utilisé pour souligner une opinion (“on ne sort jamais!”), il peut être entendu au sens littéral du terme (“on est jamais sortis (du tout)”). Une grande part des incompréhensions vient du fait qu’on parle le même langage tout en y injectant un sens différent.

Et vous?
Quels sont vos livres préférés sur la communication?
Dites-le moi en commentaire en fin d’article 🙂

Les enseignants de langue étrangère connaissent très bien ce problème : au début de leur apprentissage de la langue, les apprenants n’utilisent les nouveaux mots qu’au sens “factuel” du terme. Ils ne peuvent pas y insuffler une autre dimension (par ex : faire un reproche “caché”, montrer un regret ou leur peine, etc.). D’où la difficulté, entre autres, à faire de l’humour dans une langue étrangère, puisque c’est typiquement le cas d’une interprétation de la langue à un autre “degré” que le factuel.

Un coup de maître communicationnel

Ce livre m’a mise K.O. par son contenu:

– la bienveillance comme pré-requis de l’interaction avec les autres,

– la distinction entre les faits (les événements qui arrivent à nous ou aux autres) et les sentiments (les ressentis que NOUS avons vis-à-vis des faits),

– la nécessité d’exprimer clairement et sans honte nos souhaits, nos demandes, notre colère, notre reconnaissance et notre amour,

– l’écoute de l’autre et l’empathie envers lui, nécessaires à la compréhension de ce qu’il formule.

En tant que pédagogue, j’ai été frappée (pour rester dans le thème du K.O.!) par le caractère très constructif de l’ouvrage :

– Un style qui exprime à lui seul toute la force de la CNV : simple, clair, précis. L’auteur 1) constate les besoins de son lecteur, 2) formule son idée, 3) demande au lecteur d’appliquer.

– Un format aéré, alternant théorie, exemples, listes, encadrés, résumés.

Plus jamais je n’ai écouté ni mené une conversation comme avant. Ce livre m’a donné une jolie loupe de poche pour lire entre les lignes de mes communications.

2. Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens : le livre qui vous veut du bien!

Petit traité de manipulation (2002)

Un peu plus tard dans ma vie, un ami m’a offert un autre best-seller, celui de Joule & Beauvois.

Et PAF! Deuxième claque communicationnelle de mon parcours

Winking smile

Savez-vous que vous avez 4 fois plus de chances qu’un inconnu vous donne les 20 centimes dont vous avez besoin si vous lui demandez l’heure avant que si vous lui demandez ces 20 centimes directement? Cette technique de manipulation connue sous le nom de “pied dans la porte” revient à demander à l’interlocuteur une information/une action peut coûteuse (par ex : donner l’heure) avant de lui demander une information/action plus coûteuse (par ex : les 20 centimes).

C’est l’une des dizaines de trouvailles – pardon, de “résultats” pour parler le scientifiquement correct – que les deux auteurs-chercheurs en psychologie sociale – nous envoient en pleine figure… Accrochez-vous!

Les lecteurs ont aussi apprécié :
“Imiter l’autre pour mieux lui parler”

La manipulation pour tous

Dans un style humoristique assumé mais très sérieusement argumenté, Joule et Beauvois dénichent le manipulateur qui pourrait bien se cacher en chacun de nous. En toute bienveillance, bien entendu! Les techniques de manipulation ont pour but d’ “amener des gens à se comporter en toute liberté différemment de la façon dont ils se seraient comportés spontanément” (p. 15). Pour qu’elle diffère de l’extorsion ou de l’arnaque, la manipulation doit, tout comme la négociation, aboutir à ce que les deux parties sortent gagnants de la discussion. Gagnant conscient (pour le manipulateur) ou gagnant inconscient (pour le manipulé), mais gagnant toujours!

Manipulation publicitaire, une affaire de consentement mutuel!

La publicité est l’une des formes de manipulation les plus performantes et les plus classiques : on sait très bien que si l’on regarde telle ou telle publicité, un beau jour, dans le magasin, nous irons vers tel ou tel produit plus “spontanément” que vers un autre, n’est ce pas? Oui mais… nous avons la liberté d’agir autrement. Oui mais nous agissons en toute connaissance de cause! Oui mais nous pensons réellement que l’achat de tel produit nous y fera gagner quelque chose!

En outillant le lecteur des techniques de manipulation populaires utilisées par l’univers de la publicité (ou de la politique!), les deux chercheurs jouent un petit coup d’état scientifique contre le monopole de la manipulation made in marketing. Ils donnent à tous le moyen de comprendre ces techniques et d’essayer de les appliquer pour notre propre profit. “Hum, très utilitariste”, me direz-vous. Oui. Et alors?

Une boîte à outils terriblement efficace

Si ce livre m’a mise K.O., c’est sans aucun doute que les auteurs m’ont manipulée, à coups d’exemples et de démonstrations Smile . Je ne regrette rien. Voici quelques petites pépites que j’ai apprises :

Nous adhérons à nos décisions (pour le meilleur ou pour le pire). L’adhésion à nos propres prises de décision est tellement forte qu’on préfère généralement persister dans une décision, même si elle s’avère mauvaise, plutôt que d’en changer. C’est ce qui fait que, maintenant, quand une caisse de supermarché n’avance pas, je bifurque aussitôt vers une autre…

– Bien amorcer une manipulation. La manipulation consiste donc surtout en un très bon “amorçage” pour “ferrer le client” et pour ensuite le maintenir dans la décision qu’on lui aura fait prendre et dont il préférera ne pas changer. C’est précisément avec l’amorçage que la manipulation prend un sens très “communicationnel” puisque elle s’effectue, la plupart du temps, via des mots.

– Ordonner ses mots consciemment. Un amorçage performant repose tout simplement sur la manière dont le manipulateur ordonne les informations verbales qu’il délivre au manipulé.

  • Soit il dit toute la vérité mais progressivement, de manière à obtenir un “oui” de la part du manipulé avant que celui-ci ait connaissance de toutes les informations. Des chercheurs ont ainsi persuadé des étudiants à participer à une étude expérimentale 1) démarrant à 7h du matin mais 2) qui leur ferait gagner des crédits, et ce en inversant l’ordre de ces 2 informations. Les étudiants répondaient un “oui” enthousiaste à l’annonce du crédit gagné et n’osant plus revenir sur leur décision après qu’on leur ai demandé d’être sur les lieux de l’expérimentation à 7h du matin.
  • Soit, à l’inverse, avec la technique de “la porte au nez”, le manipulateur formule une demande qu’il sait trop difficile à effectuer pour son interlocuteur, qui refuse. Alors, il propose alors la demande qu’il a initialement prévue et qui est moins coûteuse.

Je résumerai bientôt les autres techniques de manipulation!
Pour être tenu.e au courant, ABONNEZ-VOUS!

“Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens” est un pur régal, une démonstration magistrale qu’il est possible d’écrire de la science en s’amusant, et une boîte à outils très utile dans une époque où… l’on est jamais mieux manipulé.e que par soi-même!

3. Guide de la communication : mon meilleur ami!

guide de la communication
Guide de la communication (Martin, 1999/2005)

Sur le marché du livre, il existe des milliers de manuels de communication, aux titres tous plus vendeurs les uns que les autres. Ils sont globalement pertinents et bien rédigés (le contraire serait dommage pour des ouvrages de com’!)

Mais l’un d’entre eux m’a, récemment, mis une belle claque éditoriale : il s’agit du “Guide de la communication” que Jean-Claude Martin a écrit en 1999 (réédité en 2005) aux presses Marabout.

Un livre de communication écrit comme un blog sur la com’

D’abord parce que ce livre bien complet (350 pages) est rédigé… comme un blog! Et non comme un ouvrage de référence classique qui compilerait la somme de tous les savoirs en la matière. Le livre est pensé comme un blog – ce qui n’est pas sans plaire à la pédagogue-blogueuse que je suis, et en voici les qualités-clés :

– il présente des paragraphes moins longs que ceux habituellement trouvés dans les manuels,

– on a fréquemment des titres courts et percutants,

– l’auteur s’adresse aux lecteurs,

– le style est direct et interactif,

– le texte est ponctué d’exemples concrets, d’exercices et de définitions-clés,

– le tout est ponctué d’images, de caricatures et d’encadrés facilitateurs de mémorisation.

Un ouvrage donc très “didactique” – dira-t-on dans l’univers scolaire ou universitaire. C’est-à-dire bien designé et possédant une progression de lecture cohérente. On part de la communication en général pour aller vers le décryptage du “non verbal”, puis les spécificités des discours interactifs, avant d’aborder les 4 cas spécifiques de l’entretien, du face à face public, des réunions et du débat.

Facile à comprendre grâce à ce format proche du blog, ce Guide m’a surtout plu parce qu’il présente une approche de la communication qui se veut “interactive”. Et voilà qui plaît bien à la blogueuse-linguiste que je suis Smile

Livres de Communication et Livres sur les Interactions

Il est rare qu’un ouvrage de communication soit basé sur le domaine scientifiquement désigné sous le nom de “sociologie interactionniste”. En effet, on est plus souvent sur des techniques de com’ ou de persuasion issues du monde de l’entreprise ne revendiquant aucune appartenance concrètement scientifique. Et c’est bien dommage à mon sens.

interactions

Or, dans cet ouvrage, la communication est définie, expliquée et appliquée comme une “interaction sociale”. Qu’est ce que ça change, me direz-vous? Eh bien, cela veut déjà dire que l’auteur s’appuie sur des études réelles et sérieuses qui montrent la primauté de l’interaction sur le développement de l’individu. En d’autres termes, pas de bonheur individuel sans communication avec les autres. Ou, si vous êtes fan du film Into the wild, vous penserez sans doute au fameux Happiness only real when shared de Christopher McCandless.

L’interaction est beaucoup plus large que la communication : elle prend en compte la situation de rencontre telle qu’elle est vécue par les interlocuteurs. Il ne s’agit pas de savoir individuellement parler, écouter ou convaincre l’autre. Il s’agit d’avoir une “compétence interactionnelle”, c’est-à-dire de savoir gérer tous les paramètres de l’interaction (les imprévus, les ruptures de communication tels les silences, les malentendus, les ressentis contradictoires, les logiques profondes qui motivent nos paroles, etc.). Cet angle d’attaque des questions de communication – que je diffuse via mon blog Mon Livre en 180 secondes. Le blog qui fait gagner votre cause – permet à J-C. Martin d’appréhender la situation de “rencontre” de manière intégrale, très complète.

Bref, un grand bonheur d’avoir lu un résumé clair et exhaustif des savoirs-faire communicationnels découverts par la sociologie interactionniste. Ce n’est pas souvent, et j’en redemande!

Selon vous, auquel de ces 3 livres de communication devrais-je consacrer le prochain épisode de “Mon Livre en 180 secondes”?

Pour aller plus loin…

Association pour la Communication Non Violente

Nizet & Rigaux (2014) La sociologie de Erving Goffman

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
#

10 Responses

  1. Bonne présentation sur un sujet clé de notre vie quotidienne. Ca me donne envie de lire le 2ème dont j’aime bien le titre ” Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens”… Tout un programme.

    • Merci Michèle! Oui, il y a tant à dire sur le sujet… Le 2ème livre souffre du fait que le mot “manipulation” est (souvent à raison) perçu comme négatif. Mais cet ouvrage en présente en effet tous les bons aspects 🙂 Bonne lecture à toi et n’hésite pas à me donner ton feedback sur ce livre!

  2. Laura!! très bon article!!! superbe sélection!

    De ta sélection je n’ai lu que le traité de Manipulation (qui m’a bien plu), il faudra que je lise absolument les 2 autres… les mots sont des fenêtres a l’air excellent, fais-s’en un article dessus stp!!

    Pour ma part, mes livres de communications préférés sont (le classique et éternel) “Comment se faire des amis de Dale Carnegie et “Conversations Cruciales” de Patterson, Grenny, McMillan et Switzler (j’ai écrit un article dessus). Le génialissime “les 7 habitudes des gens qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent” de Stephen Covey donne aussi de bonnes pistes…

    Bonne continuation Laura, j’aime beaucoup ton contenu!!

    • Merci Manu!
      J’avoue avoir eu du mal à choisir tant des choses passionnantes ont été écrites dans ce domaine!
      Et oui, je vais certainement consacrer un article de fond à la CNV 🙂
      Merci pour tes 3 conseils de livres, je me penche dessus et lis ton point de vue sur “Conversations cruciales” 🙂

  3. Trés bon choix de livres Laura mais, à mon sens, rien ne remplace l’indémodable “Comment se faire des amis” de Dale Carnegie. Parce qu’il est simple et que ses conseils sont faciles à mémoriser et à appliquer. C’est sans doute un peu basique mais pour débuter il n’y a rien de mieux!

  4. Résumés de livres intéressants.

    Il est vrai que trouver le canal de communication des autres n’est pas si simple.
    Il n’est pas rare d’assister à des conversations entre deux personnes qui s’opposent alors qu’elles disent la même chose mais avec des mots différents et surtout une perception différente.

    Merci pour l’article

    • Tout à fait d’accord, Luc, merci pour cet apport. Il y a un vrai travail de “traduction” de la pensée de l’autre quand on discute. D’où l’intérêt du choix des mots qu’on utilise et d’en ressentir toute la portée. J’aimerais consacrer un article à cette question précise de l’interprétation des mots entre interlocuteurs (quiproquos, malentendus, etc.). Qu’en penses-tu?

  5. Bonjour, très bon article bien construit qui donne vraiment envie de lire ces 3 livres. Je les ajoute dans ma reading list. Hâte de découvrir tout ça en détail.
    Bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez 

"Les 10 règles

de la communication de groupe"

  • Dialoguez efficacement avec votre équipe
  • Faites entendre votre voix en toutes circonstances
  • Participez sereinement à des projets collectifs
  • Transformez vos repas de famille en havre de paix :)
Qui suis-je?

Je m’appelle Laura. J’ai passé les 15 dernières années de ma vie à étudier et à voyager. A rencontrer des gens, des cultures, des mouvements et des institutions diverses et variées. Et aussi à me passionner pour différentes causes (accueil des personnes réfugiées, défense des droits des animaux, etc.)

A 35 ans, je suis enseignante-chercheure en Sciences du Langage et en Sciences de l’Education. Linguistique, pédagogie, sociologie et neurosciences sont mes dadas. J’aime aussi faire de la moto et regarder pousser les courgettes et tomates de mon jardin.

Je suis passionnée par la COMMUNICATION DE GROUPE et j’ai créé ce blog afin de partager avec vous – via des résumés de livres et des articles – des astuces pour mieux interagir en situation “collective”.

En fait, ce que j’ai envie de partager avec vous, ce ne sont pas seulement des lectures et des auteurs qui m’ont inspirée… c’est aussi et surtout les clés de réussite contenus dans ces livres, comme autant de trésors de communication ne demandant qu’à être découverts, testés et appliqués.

Discrètement installée dans le fin fond d’une forêt de Sologne, accompagnée au quotidien par chiens, chats et chevaux et le doux son des oiseaux, je vous invite à un voyage aussi plaisant qu’efficace dans le monde des livres de communication et ce en 3 minutes top chrono.

Qui suis-je?

Moi c’est Thomas, je suis un passionné de Sciences Humaines depuis plus de 10 ans.
Après des études en sociologie et anthropologie, j’ai aimé travailler, observer, apprendre dans le monde du secteur culturel et celui de l’événementiel. Faciliter des collectifs, organiser des événements… J’ai vu et repéré les choses qui marchent et les axes d’améliorations du travail de groupe.

Passionné de Psychologie sociale et de communication j’ai très envie de vous transmettre ce que j’ai appris et continuer de me former avec vous. Comment ? En lisant des livres pour vous, pour répondre à vos questions et vos besoins.

Nantais de 31 ans, je troc les routes d’Amériques du Sud pour un voyage au cœur de nos interactions pro, perso.

Bon voyage et bienvenue !

Thomas Birault
Passionné d’interactions depuis 1920

Vous êtes libre de recevoir gratuitement le livre "Les 10 règles d'or de la communication de groupe" en complément