La communication, c’est comme le vélo : ça s’apprend et ça ne s’oublie pas. Commencer, tomber, recommencer, pratiquer, progresser, retomber – parfois – , pratiquer, progresser, etc. Alors, on verra plus tard pour la mémorisation et on se concentre aujourd’hui sur  la progression. Sur l’amélioration de vos compétences non seulement en communication mais dans tous les autres domaines qui vous intéressent.


Comme d’habitude, on se base sur les meilleurs auteurs pour s’enrichir des pépites qu’ils nous donnent. Je vous propose de découvrir ensemble 3 conseils que j’ai glanés dans l’excellent ouvrage d’Idriss Aberkane “Libérez votre cerveau”.

Idriss Aberkane

3 conseils d’Aberkane pour s’améliorer

Cet article participe à l’événement inter-blogueurs “les 3 meilleurs conseils pour continuer à s’améliorer dans son domaine” organisé par Nicolas du blog mémoire d’excellence

Pour Aberkane, l’école a tout faux : se conformer au moule, rester à sa place, se soumettre à l’autorité, se laisser évaluer par des notes, ne pas exprimer ses opinions, trouver des réponses uniques aux grandes questions de la vie, travailler seul plutôt qu’en groupe, tout cela ne nous aide ni à apprendre, ni à progresser (p.41).

Le cadre scolaire ne nous prépare pas à la vraie vie, où tous ces aspects sont inversés. Je retiens trois de ces aspects, et leur efficacité, que j’ai moi-même expérimentés.

1. Pour progresser, sortez du moule

“Plus vous essayerez de rentrer dans le moule, plus vous allez ressembler à une tarte” (Proverbe populaire, cité p.43)

L’une des barrières premières à la progression dans un domaine, c’est de croire que l’on atteindra jamais tel ou tel niveau de compétences. La croyance dans le fait que vous êtes et resterez toute votre vie à la place où vous êtes – et où on vous a sans doute assignée il y a longtemps – est l’obstacle numéro 1 à la progression. Le premier effort mental à faire est donc de dépasser la croyance en vos limites. Il s’agit d’une croyance limitante, au sens propre du terme.

Bonne nouvelle : une croyance peut être remplacée par une autre. Une croyance est une projection de l’esprit au sujet de notre place (ou celle des autres) dans le monde qui nous entoure. Cette croyance est liée à ce que nous imaginons être notre rôle/notre place dans le monde. Si vous sortez cette croyance de votre tête, vous étendrez votre place. Et en sortant délibérément des limites que vous assignez à votre rôle, vous éradiquerez vos croyances limitantes.

Les lecteurs ont aussi aimé l’article “Comment vaincre la solitude par l’auto-communication”

Prenons l’exemple suivant : vous cherchez à développer votre entreprise sur le web. On vous dit que l’un des meilleurs moyens est de vous faire recommander par des business en ligne plus connus que le vôtre. Vous n’osez pas contacter ces personnes qui ont réussi. Vous n’osez pas car vous avez en tête l’idée (la croyance limitante) qu’ils ne voudront pas vous recommander. L’image que vous avez de vous-même, à ce moment-là, est celui du débutant ou, pire, du “mauvais élève” assis au fond de la classe.

Fermez les yeux. Visualisez-vous remonter l’allée centrale de la salle de classe, vous mettre face aux meilleurs élèves assis au premier rang. Exposez votre idée avec force et conviction. Voyez bien comment les personnes du premier rang semblent intéressés par ce que vous proposez. Peut-être pas toutes. Et alors? Si une ou deux vous sourient, vous tendent la main et vous aident à progresser, alors, tout va bien, n’est-ce pas?

oser

Sortir du moule établi. Cela veut dire en finir avec nos croyances toxiques selon lesquelles nous sommes capables de ceci mais incapables de cela. Que ceci est réservé à telle population. Que les chanceux et les prodiges existent dans un autre monde que le nôtre.

On vous a toujours dit que vous étiez un intello? Vous avez intégré que vous étiez incapable de faire quelque chose de vos deux mains. Alors, si vous en avez envie, allez planter un potager ou construire votre maison bio-climatique. Vous avez un projet qui, selon vous, serait avantageux à votre entreprise ou à votre institution? On vous dit qu’il n’a pas sa place ici. Alors, proposez-le à d’autres ou lancez-vous en autonomie.

2. Multipliez votre Attention par votre Temps

L’équation proposée par Aberkane pour accéder à la connaissance est bien connue :

“La connaissance échangée est proportionnelle à l’attention multipliée par le temps” (p.141).

J’applique cette même équation à l’acquisition de nouvelles compétences et au renforcement de vos habilités déjà acquises. Octroyez le maximum d’attention et le maximum de temps à la pratique de votre domaine. Ca marche, c’est rentable et ce n’est pas pour rien qu’en anglais “faire attention” se traduit par “to pay attention”! Le “pouvoir d’achat”, dans cette “économie de la connaissance”, n’est pas épargnable – nous dit l’auteur. Quoi qu’il se passe dans votre journée, vous passerez du temps à faire attention à quelque chose. Alors, autant que ce soit sur quelque chose qui vous fasse progresser, pas vrai?

attention

Maximiser les opportunités d’apprentissage et, donc, la progression, revient donc à générer un maximum d’interactions avec des éléments ou des personnes qui vous permettent de pratiquer, d’évoluer, d’apprendre. Lorsque vous rencontrez ces opportunités, mettez-y toute votre concentration et n’hésitez pas à y consacrer votre journée, votre soirée, votre nuit s’il le faut. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Aberkane insiste sur le fait que les prodiges n’existent pas mais qu’il y a seulement des gens qui pratiquent 5000, 10.000, 50.000 heures pour arriver au niveau où ils en sont.

Maintenant, quel type d’activités retient le mieux notre attention – à tel point que nous ne voyons pas passer l’heure? Le JEU! Le jeu, parce qu’il fait appel à la part émotionnel de chacun d’entre nous, est l’un des moteurs d’apprentissage et de progression le plus efficace au monde. Les pédagogues travaillent ainsi avec les ingénieurs informatiques pour créer des “serious games” dédiés à l’apprentissage (quel que soit le domaine).

Or l’impact phénoménal du jeu sur la progression est lié à un troisième facteur d’efficacité… J’ai nommé… l’amour!

3. Faites progresser votre passion

“Je ne connais personne d’excellent qui ne soit pas aussi amoureux du domaine où il excelle” (p.66)

L’amour est la clé de tout apprentissage : si vous êtes passionnés par ce que vous faites, vous progresserez obligatoirement. Pourquoi? Parce que, soutenue par votre puissant appareillage psycho-affectif, votre motivation sera au rendez-vous!

motivation

Elle vous permettra de vous lever le matin, d’aller courir si vous cherchez à progresser en course à pied, d’aller démarcher des partenaires si vous voulez faire démarrer votre business, etc.

Pour reprendre ce que je disais plus haut sur l’économie de la connaissance (et de la montée en compétences!) plus vous êtes amoureux, plus vous donnez de l’attention et du temps à l’être ou la chose aimé.e. Et ce, sans effort! Si l’objet de vos désirs fusionne avec le domaine où vous cherchez à vous améliorer, plus rien ne vous arrêtera.

En résumé :

Pour progresser dans votre domaine, aimez-le, consacrez-lui du temps et de l’attention. Cela vous amènera à sortir de votre zone de confort et du moule qui vous enferme peut-être et à tenter des choses impensables!

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
#

One response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez 

"Les 10 règles

de la communication de groupe"

  • Dialoguez efficacement avec votre équipe
  • Faites entendre votre voix en toutes circonstances
  • Participez sereinement à des projets collectifs
  • Transformez vos repas de famille en havre de paix :)
Qui suis-je?

Je m’appelle Laura. J’ai passé les 15 dernières années de ma vie à étudier et à voyager. A rencontrer des gens, des cultures, des mouvements et des institutions diverses et variées. Et aussi à me passionner pour différentes causes (accueil des personnes réfugiées, défense des droits des animaux, etc.)

A 35 ans, je suis enseignante-chercheure en Sciences du Langage et en Sciences de l’Education. Linguistique, pédagogie, sociologie et neurosciences sont mes dadas. J’aime aussi faire de la moto et regarder pousser les courgettes et tomates de mon jardin.

Je suis passionnée par la COMMUNICATION DE GROUPE et j’ai créé ce blog afin de partager avec vous – via des résumés de livres et des articles – des astuces pour mieux interagir en situation “collective”.

En fait, ce que j’ai envie de partager avec vous, ce ne sont pas seulement des lectures et des auteurs qui m’ont inspirée… c’est aussi et surtout les clés de réussite contenus dans ces livres, comme autant de trésors de communication ne demandant qu’à être découverts, testés et appliqués.

Discrètement installée dans le fin fond d’une forêt de Sologne, accompagnée au quotidien par chiens, chats et chevaux et le doux son des oiseaux, je vous invite à un voyage aussi plaisant qu’efficace dans le monde des livres de communication et ce en 3 minutes top chrono.

Qui suis-je?

Moi c’est Thomas, je suis un passionné de Sciences Humaines depuis plus de 10 ans.
Après des études en sociologie et anthropologie, j’ai aimé travailler, observer, apprendre dans le monde du secteur culturel et celui de l’événementiel. Faciliter des collectifs, organiser des événements… J’ai vu et repéré les choses qui marchent et les axes d’améliorations du travail de groupe.

Passionné de Psychologie sociale et de communication j’ai très envie de vous transmettre ce que j’ai appris et continuer de me former avec vous. Comment ? En lisant des livres pour vous, pour répondre à vos questions et vos besoins.

Nantais de 31 ans, je troc les routes d’Amériques du Sud pour un voyage au cœur de nos interactions pro, perso.

Bon voyage et bienvenue !

Thomas Birault
Passionné d’interactions depuis 1920

Vous êtes libre de recevoir gratuitement le livre "Les 10 règles d'or de la communication de groupe" en complément